Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Une question a été posée  au sujet de comment choisir une formation professionnelle dans le domaine de la danse orientale. Tout d’abord, il faut savoir que « la danse orientale » n’est pas reconnue en tant que discipline artistique. Les raisons principales sont le faible niveau de pratique corporelle, d’inscription de cette danse dans l’espace, et surtout le manque d’enracinement dans un contexte culturel – qui donnerait «  un corps » et un esprit  à cette danse, bien que dans la tradition orientale les deux sont indissociables.

                      stage avril-2008Et nous en sommes encore au stade où, ce que voient les gens, que ce soient les amateurs qui pratiquent la  danse orientale, ou le public, ce sont les « prouesses » techniques et l’aspect extérieur (tremblements, isolation, costume, voire belle plastique), en somme l’aspect superficiel. Mais il y a tout de même une avancée, car en 25 ans de pratique, je constate que le niveau général a augmenté, et il y a de plus en plus de danseuses du modern jazz ou ayant pratiqué d’autres danses qui sont venues à la danse orientales.

stage-avril egyptien élèves3stage avril Zina profilstage avril-2008
 
Je me permettrais, cependant,une réserve : souvent dans l’apprentissage des amateurs ou des professionnelles, l’accent est mis sur l’aspect chorégraphique, encore une fois, un aspect superficiel de la danse.
Et les  chorégraphes égyptiens sont ceux qui répandent le plus cette idée, influencés qu’ils sont, depuis toujours, par l’apport des chorégraphes occidentaux à la danse orientale. La danse résiderait dans la capacité à apprendre et reproduire une chorégraphie, et l’aspect esthétique, l’image reproduite du mouvement est mise en avant.

On oublie que la danse » ballet» à la mode américaine, façon comédie musicale dans les films égyptiens depuis les années 40, ou dans les cabarets par les chorégraphes les plus fameux actuels ne met en scène qu’un aspect réducteur de l’expression dans « la danse orientale » : le côté séduction et le côté transgressif, comme n’importe quelle danse de cabaret. Je n’ai rien contre cet aspect, ayant été moi-même danseuse de cabaret pendant 5 ans. Lorsque je parle de l’aspect réducteur, j’entends aussi bien, l’image de la femme qui est donné à voir, mais aussi l’aspect mécanique des mouvements que l’on répète, toujours les mêmes, qui n’apportent plus aucune satisfaction, au bout d’un moment.
cabaret3cabaret2A moins d’être une bête de scène et de mettre sa présence en avant. J’ai vu des interprètes de ce type, à mes débuts, qui avait une forte personnalité qui se voyait dans leur façon de se mettre en scène. Et là les mouvements étaient secondaires, il se passait réellement quelque chose pendant leur show.

Personnellement ce qui m’a fait tenir au cabaret aussi longtemps, c’était la musique, j’ai eu la chance de danser sur la musique de grands interprètes. Mais au bout d’un moment, on se rend compte que même les musiciens répètent toujours les mêmes "improvisations", les mêmes thèmes immuables sans surprise ! On arrive à une certaine usure! Ou peut-être est-ce moi, que ma quête ne pouvait se satisfaire de ce « tourner en rond ».A la fin, je n’avais même plus besoin de préparer mes chorégraphies,
         
           Cabaret4cab5.jpg

elles venaient toutes seules, tellement j’avais intégré les structures, même sur de nouvelles musiques.
La danse, cette danse en particulier, exige autre chose : de la présence de la créativité, de la part des musiciens comme des danseuses! C’est une expression venue d’orient, et l’orient privilégie l’Être au Paraître…Ce sera l’objet peut-être d’un autre article, car là il s’agit de ma démarche chorégraphique.

Tout ce propos pour en venir au fait, qu’il y a une confusion entre savoir faire et notoriété, et un manque de «  savoir observer ».

J'ai été formatrice dans l’association L’Autre Danse, dont j’ai été co-fondatrice, pendant 5 ans auparavant, où j’assurais plus de cents heures d’enseignement, et 2 ans dans la structure Danse Hadra. Au moins un quart des personnes que j'ai formé sont professionnelles maintenant, sur Paris et en Province, et les plus premières danseuses orientales d'Oslo, en Norvège. La nécessité de former s’est imposé en premier lieu, et ce fut un de nos premiers projets associatifs. J'ai eu ce besoin, après avoir constaté que lorsque des danseuses, parmi mes amies et collègues voulaient monter un spectacle, souvent elles avaient du mal à trouver des danseuses ayant une bonne formation. 
                                    
rodindanseusescambodgiennes2.jpg
                                                          Danseuses cambodgiennes, Rodin 
Et  elles étaient obligées d'auditionner des danseuses contemporaines ou jazz, qui même si elles n'avaient pas la technique de bassin de la DO, elles pouvaient l'acquérir, et cela donnait un rendu plus "professionnel". Car, les fondamentaux de la danse sont les mêmes pour toutes les danses : axe vertical, horizontal, ancrage, qualités de mouvement et énergie, rapport à l'espace et à l'autre, rythme.

Ensuite, vient la spécificité des mouvements de la danse orientale ;  et ce n'est pas le plus difficile à acquérir. Il faut 10 ans pour former un danseur, sans compter que danser est un chemin de toute une vie. Les Diplôme d'Etat en danse contemporaine (minimum 400 heures), permettent d'acquérir de solides connaissances en anatomie, en histoire de la danse, en pratique corporelle, et ceci est sanctionné par un diplôme qui permet d'avoir la possibilité de travailler dans les conservatoires, et d'avoir un vrai métier reconnu, et de prendre en charge tout type de public, notamment les enfants. 
Auguste-Rodin-Cambodian-Dancer-50342img Danseuse-cambodgienne Auguste-RODIN ref~VR195 mode~zoom
                                                           Danseuses cambodgiennes, Rodin


La danse orientale est méconnue, et on est loin de cette

reconnaissance, c'est la raison pour laquelle, les tentatives de

monter de telles formations sont des initiatives individuelles.

Et comme, ceci explique cela, il y a de tout, et il est difficile de

distinguer les qualités requises pour transmettre des fondations à

une reconnaissance de cette discipline. Et c'est ce qui me motive.

J'aspire à voir de l'expression artistique, de la créativité, car c'est

une danse merveilleuse et riche, ou tout un(e) chacun (e) peut

apporter sa touche et son univers.


Pour les danseuses, un peu expérimentées qui viennent à mes cours, cela peut-être perturbant, et elles peuvent avoir l'impression de devoir déconstruire tout ce qu'elles savaient déjà, mais après, soyez sans crainte, cela sera décuplé par cette approche globale. Quant à la question des 30 heures d'affilé, car c'est ce que je propose par semaine, cela permet d'intégrer dans la mémoire du corps le contenu du stage principal : à savoir, la pratique corporelle, et aussi de s'habituer à la discipline de la danseuse professionnelle. Si la pratique devait  se résumer uniquement à apprendre le tremblement, les huit, et le chameau, cela serait vite fait. La pratique c'est travailler son corps pour qu'il dessine une géométrie dans l'espace et qu'il gagne en densité et qualité de mouvement, et c'est plus du sensoriel que de la mécanique.

Le corps est un instrument sensible, et  dans la culture orientale il est esprit, ou corps-esprit. C’est une antinomie d’appréhender cette pratique autrement.Je citerai Danis Bois qui parle "d'un mouvement jamais isolé de son contexte culturel et humain" et "d'un corps peut être analphabète quand il ne sait pas écrire des formes harmonieuses dans l'espace, quand il oublie les ponctuations dans le temps, et quand il ne touche pas la corde sensible de celui qui pratique le mouvement."
images
Danseuses cambodgiennes, Rodin.
Mais les conditions pour être perçu comme des vraies danseuses, sont: une bonne formation corporelle, et des connaissances qui vont avec le domaine concerné, et plus largement, la danse en générale : cela s'appelle de la culture (musicale, chorégraphique, historique etc...).
                     
                             
                 da-vinci
                                                                       L'homme de Vitruve, L. De Vinci

De plus si on prend en charge le corps des gens, il est indispensable d'avoir de bonnes connaissances en anatomie.
En ce qui concerne le coût d'une formation, il faut savoir que cela coûte cher. Personnellement, j'essaye de faire des prix très serré; il y a un prix institutionnel, et un prix individuel  pour permettre à toute personne d'y accéder; et ma formation peut avoir  lieu avec un minimum d'élèves, si toutefois,  j'arrive à amortir tous les frais de fonctionnement : charges salariales des intervenants (musiciens et prof de danse), la location des salles (à Paris, ce n'est pas donné). Et j'avoue que pour le moment on ne fait pas de bénéfices, qui pourraient nous permettre de développer la formation, et avoir plus d'intervenants, par exemple).
Mon travail est accessible aux personnes débutant dans la DO, car

j'enseigne depuis la base à toutes, et mes stages accueillent des

personnes de différents niveaux, et cela ne pose aucun problème,

au contraire. 150 heures de fondamentaux de la danse, technique

de base des mouvements de la danse orientale, de rythme,

connaissance du contexte culturel etc.., me semble un minimum,

mais ce n'est qu'une base, un début. A charge pour la danseuse de

s’auto discipliner et d’avoir une pratique régulière à partir de ces

bases. Il faut aussi se tenir informer des autres techniques

artistiques, élargir son horizon (et j'encourage mes élèves à aller se

nourrir ailleurs aussi, car c'est comme cela qu'on trouve sa danse.

Mais aussi en piochant dans sa propre intériorité, pour savoir ce

que l'on a envie d'exprimer avec cette danse.

Pour terminer, je dirais que tout dépend des objectifs que l'on se fixe, car comme le disait un maître indien :"la danse a trois fonctions
: instruire les illettrés, éclairer les lettrés, divertir les éclairés". Et vive la danse!


Bibliographie

1/Blandine Calais Germain, Anatomie pour le mouvement, tome 1 ;

Broché, 2005

2/ Blandine Calais Germain, Le périnée féminin" de Blandine Calais-

Germain Ed. Désiris


3/ Djamila Henni- Chebra, Les Danses dans le monde arabe, ou

l’héritage des almées ; HARMATAN
4/ Viviane Lièvre, Danses du Maghreb, d’une rive à l’autre ; KHARTALA, Paris 1987
5/Virginie Recolin, Introduction à la danse orientale, pratique du mouvement spiral Ed. L’harmattan

 

Partager cette page

Repost0